Livraison offerte - Créations originales

Les Régates Saint-Malo, Cancale, Granville

Tiré du livre "Voyageurs d'hier, Paris-Bretagne-Normandie"

La baie du Mont-Saint-Michel s’étale sur les bords de la Manche entre le nord de la Bretagne et le sud de la Normandie. Grèves, dunes et plages ouvertes sur le large, s’y succèdent formant une grande anse entre le port breton de Cancale et celui de Granville en Normandie. Ainsi les deux villes se font face, se dressant chacune sur une des pointes de la Baie et exploitant les ressources de la même région.

La culture des huîtres dont les naissains sont dragués au large des côtes durant une saison de deux semaines chaque année est une des richesses que doivent se partager les Normands et les Bretons.

C’est aux alentours de Pâques, pendant quelques heures par jour, qu’une vraie course contre la montre a lieu. Les marins de Cancale et de Granville sont au taquet pour ramener sur leurs rivages respectifs la plus grande quantité possible de cette précieuse cargaison.

C’est à bord de voiliers spécialement étudiés pour cette pêche qu’ils naviguent dans la baie. Les bisquines sont des bateaux à deux ou trois mâts équipés d’une importante voilure qui les rendent rapides et suffisamment puissants pour traîner le poids des huîtres immatures. Leurs coques sont conçues pour que les embarcations puissent venir se coucher sur le sable quand la marée basse leur interdit l’accès au port.

La rivalité nourrie par cette concurrence ostréicole entre Cancalais et Granvillais fait naitre une compétition d’un genre nouveau. Dès la moitié du XIXe siècle sont organisées des régates où ils s’affrontent à bord de leurs bateaux de pêche.

Les jours précédant la course, les bisquines sont soigneusement préparées à la lutte impitoyable qui les attend. Une fois le départ donné, la compétition est sans merci.

Les marins se défient, s’insultent et se menacent. Refus de tribord et abordages sont fréquents et il n’est pas rare que les épreuves se soldent par des bagarres à terre.


Ce spectacle se déroule en plein été et jusqu’à la guerre de 1914. Il constitue un des temps forts de la saison balnéaire. Les touristes et les locaux affluent sur toute la côte pour voir les équipages mener leurs bateaux à plein régime.

Granville, Cancale, Saint-Malo, Dinard, les Ebihens, Chausey sont le théâtre de ces affrontements mémorables que les Bretons remportent presque immanquablement !

Pour en savoir plus découvrez le livre "Voyageurs d'hier, Paris-Bretagne-Normandie"